BÜRO DLB - IDEE-REALISATION-KOMMUNIKATION
Daniel Leutenegger, Bulliard 95, CH-1792 Cordast, Tel +41 (0)26 684 16 45 (nachmittags), www.ch-cultura.ch

BÜRO DLB - IDEE-REALISATION-KOMMUNIKATION
Daniel Leutenegger
Bulliard 95
CH-1792 Cordast
Tel +41 (0)26 684 16 45 (nachmittags)
Fax +41 (0)26 684 36 45
E-Mail
www.ch-cultura.ch.ch

"WHO CARES? GENRE ET ACTION HUMANITAIRE"

"WHO CARES? GENRE ET ACTION HUMANITAIRE"

18.07.2022 Exposition Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève, jusqu’au 9 octobre 2022


Image: Affiche exposition "Who cares?", © https://www.redcrossmuseum.ch/presse/who_cares/

Prendre soin – deux mots d’une confondante simplicité pour faire écho à l’humanité, le principe prépondérant de toute action humanitaire. Avec son titre au double sens assumé, la nouvelle exposition du Musée "Who cares?" approche les questions suivantes: qui, au juste, prodigue quels soins en répondant à quels besoins. Et qui, au fond, s’en soucie?

Résultat d’un partenariat entre le Musée et l’Institut Éthique Histoire Humanités de l’Université de Genève, "Who cares?" invite à considérer l’action humanitaire sous le prisme du genre et de la diversité. En portant un regard nouveau sur le vécu de celles et ceux que l’histoire a rendu.e.s invisibles, l’exposition nous amène à nous interroger sur notre perception des humanitaires et des personnes auxquelles le soin est dispensé, à travers une large sélection d’objets et de récits réunis pour la première fois.

En faisant écho aux mouvements sociaux revendiquant l’égalité de genre ou dénonçant les discriminations raciales ou en raison de l’orientation sexuelle, elle cherche à inclure les actrices et les acteurs qui ont été exclu.e.s de l’histoire et de l’humanitaire.

Réhabiliter les figures oubliées de l’action humanitaire

Quelles figures incarnent l’univers du soin? Dans l’histoire visuelle occidentale, la figure soignante a souvent été associée à des caractéristiques considérées comme féminines, telles que l’écoute, le dévouement, la sympathie, l’empathie ou la compassion. Puisant leur force dans le soulagement et la guérison, les représentations des infirmières incarnent, dès la fin du XIXe siècle, des stéréotypes du soin au chevet du soldat blessé. La figure maternelle ou angélique de la femme humanitaire convoque les traits d’un groupe souvent restreint à des femmes occidentales blanches, issues de milieux privilégiés.

Mobilisant les apports de l’histoire de la médecine et du genre, de la culture visuelle et de l’éthique du care, l’exposition souligne la présence de représentations stéréotypées qui témoignent d’une répartition figée des rôles. Ce regard, qui oppose l’action et le leadership au soin et à la compassion, limite l’accès aux réalités vécues et ne parvient pas à rendre compte de la complexité du travail des humanitaires.

"Who cares?" propose des clés de lecture pour comprendre à quel point l’histoire de l’action humanitaire s’est construite à travers le regard masculin. L’histoire peut servir d’outil citoyen pour construire une société plus inclusive, et donc plus démocratique, comme l’affirment les chercheuses Dolores Martín Moruno, Brenda Lynn Edgar et Marie Leyder de l’Institut Éthique Histoire Humanités de l’Université de Genève:

"'Who cares?' vise à relire l’histoire de l’action humanitaire sous le prisme de l’invisibilisation dont les soignant.e.s ont fait l’objet. Qu’il s’agisse d’expériences vécues, de savoirs, de gestes techniques ou encore de rapports de pouvoir établis, ces questions ont trait à des thématiques centrales de notre société. Le genre, mais aussi l’ethnie, la classe sociale ou l’orientation sexuelle font débat, aujourd’hui plus que jamais."

Cette logique de déconstruction est traduite dans la conception même de l’exposition sous la forme d’une série de constellations, comme l’expliquent Claire FitzGerald et Elisa Rusca, conservatrices du MICR:

"À travers un grand nombre de récits et d’objets, du textile aux instruments médicaux et de la photographie au film, 'Who cares?' construit un écosystème qui donne corps à la richesse des expériences des soignant.e.s et à la diversité des parcours humanitaires. Par la création d’un espace pluriel d’un genre nouveau, nous invitons le public à sortir des perceptions dominantes et à s’ouvrir à d’autres points de vue."

Image: Anonyme, Unité de santé mobile, France, 1914-1918. Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève.  

Image: Anonyme, Unité de santé mobile, France, 1914-1918. Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève

Faire progresser la recherche au bénéfice d’un large public

"Who cares?" bénéficie du soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) en tant que projet Agora, subside visant à partager des projets de recherche avec un large public. L’exposition donne une place centrale au dialogue, au débat et à la participation du public, en offrant des espaces propices à la lecture et à la réflexion. À travers ce partenariat avec l’Université de Genève, "Who cares?" accompagne le Musée dans son évolution, amorcée avant la pandémie, vers un lieu fédérateur d’échanges entre les milieux de l’humanitaire, de la culture et de la recherche, au bénéfice d’un public élargi.

Le projet permet aussi de porter un regard différent sur l’exposition permanente du Musée. Une série de questions amène les visiteur.se.s à découvrir l’Aventure humanitaire sous le prisme du genre, autant d’interrogations auxquelles "Who cares?" offre des pistes de réponse. À l’écoute des mutations qui font à la fois l’actualité du Mouvement international de la Croix Rouge et du Croissant-Rouge, de la scène culturelle et de la vie de tous les jours, le Musée accorde une importance majeure à la diversité des voix qu’il accueille. "Who cares?" fait ainsi écho à la première année thématique du Musée intitulée "Genre et diversité", inaugurée en septembre 2021.

Pour Pascal Hufschmid, directeur du MICR:

"Partager de manière accessible et inclusive les recherches les plus récentes menées ici, à Genève, sur l’action humanitaire sous le prisme du genre, c’est inviter les professionnel.le.s de ce secteur et nous tous.tes à nous interroger sur l’histoire de l’humanitaire et sur ses représentations contemporaines."

Commissariat

Pour l’Université de Genève: Brenda Lynn Edgar, Marie Leyder et Dolores Martín Moruno.

Pour le MICR : Claire FitzGerald et Elisa Rusca avec le concours de Pascal Hufschmid.

Contact:

https://www.redcrossmuseum.ch/presse/who_cares/

#WhoCares #GenreEtActionHumanitaire #MuséeInternationalCroixRougeEtCroissantRouge #InstitutEthiqueHistoireHumanités #DoloresMartínMoruno #BrendaLynnEdgar #MarieLeyder #ClaireFitzGerald #ElisaRusca #PascalHufschmid #MICR #CHcultura @CHculturaCH ∆cultura cultura+

Image: – Anonyme, Croissant-Rouge algérien, Algérie, vers 1960. Dépôt CICR. Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève.

Image: Anonyme, Croissant-Rouge algérien, Algérie, vers 1960. Dépôt CICR. Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève.

Zurück zur Übersicht