BÜRO DLB - IDEE-REALISATION-KOMMUNIKATION
Daniel Leutenegger, Bulliard 95, CH-1792 Cordast, Tel +41 (0)26 684 16 45 (nachmittags), www.ch-cultura.ch

BÜRO DLB - IDEE-REALISATION-KOMMUNIKATION
Daniel Leutenegger
Bulliard 95
CH-1792 Cordast
Tel +41 (0)26 684 16 45 (nachmittags)
Fax +41 (0)26 684 36 45
E-Mail
www.ch-cultura.ch.ch

MOMENT (3): Quand la Croix-Rouge traque le racisme en EMS

MOMENT (3): Quand la Croix-Rouge traque le racisme en EMS

12.02.2010 Par Isabelle Guisan


Quand la Croix-Rouge traque le racisme en EMS

Par Isabelle Guisan

C'est une des multiples expériences vécues par une institution pour personnes âgées qui ouvre volontiers ses portes aux recherches qu'on souhaite mener en son sein, des démarches coûteuses en temps et souvent peu édifiantes. Je pense à la « recherche-action » menée récemment par la Croix-Rouge suisse avec le soutien du Service de lutte contre le racisme pour détecter les différentes formes prises par « le racisme » dans un EMS* vaudois qui, comme beaucoup, emploie des personnes venues de 35 à 40 nationalités différentes.

Les tensions interculturelles ressenties en EMS comme dans le milieu hospitalier sont bien connues, elles sont complexes, souvent horizontales, donc entre employés de cultures différentes, plutôt que verticales. L'institution en question qui organise au coup par coup des formations, fêtes et repas interculturels était preneuse d'une approche plus systématique proposée par des spécialistes, d'autant plus qu'un institut de recherche en soins infirmiers était associé à la démarche.

Les deux jeunes ethnologues dépêchées de Berne par la Croix-Rouge suisse pour mener l'enquête préalable ne connaissent guère la Suisse romande, pas trop bien le français et pas du tout les EMS. L'institution, sans nier la présence ici ou là de manifestations de racisme rampant ou même explicite au sein du personnel ou de la part des résidents, répète qu'il serait judicieux d'aborder la question plutôt sous l'angle de l'interculturalité. Mais le mandat étant « racisme », la Croix-Rouge reste sur « racisme », soutenue par un groupe d' « experts » censés faire le point sur méthode et résultats. Des experts qui ne sont pas non plus forcément familiers de l'univers des EMS et en bonne partie alémaniques alors qu'outre-Sarine, le rapport au racisme est différent qu'ici, plus dogmatique. Ces différences culturelles là ne seront pas prises en compte non plus.

L'EMS joue le jeu, trouve des volontaires qui, dans le personnel et parmi les résidents aussi, s'expriment deux fois deux heures sur la question répétée sous différentes formes par les intervieweuses. Quelques mois plus tard débarque un projet de rapport de soixante pages où des bribes de citations étayent la thèse de départ - « le racisme est partout dans l'institution » - et qui propose, dans un jargon vague, de changer valeurs et modes de communication. La Croix-Rouge suisse n'a plus le temps ni d'argent pour accompagner ni même détailler les mesures concrètes qui devraient suivre. Sa seule priorité :  remettre avant fin 2009 le rapport final qui tiendra compte, c'est juré, des critiques sévères exprimées par l'EMS sur son à priori de départ et son mode d'intervention.

Et voilà, ces dames sont reparties. Un mandat de plus dans le CV des intervieweuses et un rapport fourni pour justifier les fonds investis, c'est tout bénéfice pour la Croix-Rouge. L'institut de recherches en soins infirmiers doit rester en contact avec l'EMS où rien n'a bougé jusqu'ici. Le directeur n'en ferme pas pour autant sa porte, décidé à ne rien attendre des chercheurs qui le sollicitent tout en espérant qu'un jour peut-être, une telle démarche aménera quelque chose à son institution.

*Für DeutschschweizerInnen: EMS = établissement médico-social, Altersheim.

Isabelle Guisan

Suisse romande d'origine grecque par sa mère, Isabelle Guisan est écrivain. Elle vit à Rolle, dans le canton de Vaud, et passe environ deux mois par année à Kéa, une île des Cyclades où elle a une maison.

Isabelle Guisan a été journaliste indépendante pendant plus de 25 ans, elle a travaillé pour tous les media de Suisse romande et écrit encore des chroniques régulières bimensuelles sur l'univers des personnes âgées dans le quotidien vaudois 24 Heures.

Isabelle Guisan a fait des études de lettres avant de beaucoup voyager en Suisse et à l'étranger, tant pour faire des expériences intenses que pour pratiquer le métier de journaliste. Elle a vécu cinq ans en Suisse allemande, à Saint-Gall d'abord puis à Zurich où elle était la première correspondante de journaux romands.

Elle a aussi ramené de nombreux reportages de l'étranger et collaboré à la plupart des média romands, quotidiens, magazines, Télévision suisse romande (émissions VIVA, Grands Entretiens).

Au centre de son activité actuelle, littéraire, des livres personnels qui se nourrissent de ses expériences et activités. Sa vie professionnelle continue à fluctuer au gré des rencontres et idées nouvelles. Elle se concentre pour l'essentiel sur l'écriture et l'animation d'ateliers d'écriture, certains en milieu social, d'autres à vocation littéraire à Rolle, plus rarement en Grèce. 

Contact:

http://isabelleguisan.ch/

Zurück zur Übersicht